Des «parklets» pour soutenir les cafés et commerces

La Ville amènera demain une première zone conviviale temporaire à disposition de tous/toutes à la rue Saint-Michel. Ce «parklet» (ou placottoir) peut être utilisé par tout un chacun pour déguster son pique-nique ou consommer une boisson ou des mets achetés dans un commerce alentour. Cette initiative est destinée à soutenir les commerces touchés par la pandémie. Des espaces similaires sont appelés à être aménagés ailleurs en ville pour les beaux jours et sur demande d’établissements intéressés. 

Les cafés, restaurants, commerces et autres établissements publics ont pu rouvrir leurs portes le 11 mai. Toutefois, les dispositions sanitaires en vigueur limitent leur capacité d’accueil. C’est pourquoi la Ville a décidé d’agir: vendredi 19 juin, elle va aménager un premier «parklet» à la rue Saint-Michel qui devrait rester en place pour l’été. Cette zone conviviale temporaire, équipée de mobilier urbain léger, est à disposition de toute la population. Elle est également profitable aux cafés et restaurants de la rue: la clientèle peut acheter des boissons et des mets dans ces établissements et les consommer sur cette aire de détente. A préciser qu’il ne s’agit pas d’une extension de terrasse: aucun service à table ne pourra y être proposé.

Sur demande des établissements

Le « placottoir» de la rue Saint-Michel sera un premier test. Les établissements intéressés à accueillir un tel espace saisonnier dans leur rue peuvent s’adresser au Service de la mobilité, au 026 351 74 47 ou leandra [.] pulgarin [at] ville-fr [.] ch. Les demandes seront acceptées dans les limites des ressources disponibles. Aucun émolument ne sera perçu.

L’emplacement sera défini de manière à gêner le moins possible les autres utilisateurs et utilisatrices du domaine public et afin d’assurer la sécurité de tous/toutes. Ainsi, des places de stationnement pourraient être temporairement converties. Une fois l’aménagement effectué par la Ville, l’entretien sera à charge du commerce demandeur: mise à disposition de poubelles et cendriers, stockage du matériel léger la nuit, nettoyage du « placottoir », etc.

Un coût financier modéré

Cette action occasionnera des frais restreints à la charge de la Ville. L’aménagement est effectué par les Services communaux et le mobilier urbain est déjà en possession de la Ville:  palettes en bois CFF, bancs et tables (utilisés lors de grandes manifestations), bacs en bois (tels ceux installés dans les zones 30 km/h), etc. La Ville pourrait également louer des chaises et des tables auprès de magasins de deuxième main. Seule une baisse des recettes des places de stationnement temporairement converties peut être attendue.

Fribourg se joint ainsi à l’effort de plusieurs villes en Suisse qui ont adopté des mesures similaires pour faciliter l’extension de terrasses, comme à Lausanne, Neuchâtel ou Zurich.